Lutter contre la pollution

Comment chacun de nous peut y contribuer ?

En avril 2020 pendant le confinement, les niveaux de dioxyde d’azote ont baissé de 40 % et ceux de particules fines ont été réduits de 10 % selon le CREA, évitant ainsi 1 230 décès en France.

C’est la preuve que chacun peut faire quelque chose à son échelle pour lutter contre la pollution ! Car si les installations industrielles sont responsables d’une partie de la pollution atmosphérique, des sols et de l’eau, les ménages aussi y participent. Découvrez nos conseils pour adopter les bons comportements réduisant la pollution.

lutter contre la pollution article hydrop

Lutter contre la pollution : ça commence par les déplacements !

En France, 40 % des déplacements font moins de 2 kilomètres. Et prendre sa voiture pour parcourir une si courte distance est pénalisant en termes de pollution atmosphérique.

Un court trajet de 500 mètres en ville s’effectue en à peine 8 minutes à pied. Il est difficile de faire mieux en voiture entre les feux de circulation, les piétons, les bus prioritaires et parfois les tramways ! 

utiliser le vélo pour ses déplacements article hydrop

Faire des efforts au quotidien dans vos déplacements pour limiter la pollution de l’air n’est pas compliqué. Il s’agit juste de changer quelque peu vos habitudes en adoptant les bons réflexes :

  • Pour des déplacements à moins d’un kilomètre, marchez. C’est bon pour la planète et pour votre santé. Ce n’est pas pour rien que les médecins recommandent 30 minutes d’activité physique par jour !
  • Si vous devez vous rendre en dehors de votre quartier et effectuer plus d’un kilomètre ou deux, n’hésitez pas à prendre votre vélo ou à opter pour la solution de vélo en libre-service de votre ville.
  • Vous avez aussi l’option d’utiliser les transports en commun comme les bus de ville, les tramways ou les métros.
  • Lorsque vous devez prendre la voiture, regroupez les tâches à faire : les courses, les colis à aller chercher, les enfants à emmener à leurs cours de sport… Pratiquez dès que possible le covoiturage.

Vous habitez un lieu mal desservi par les transports en commun et ne pouvez pas les utiliser pour vous rendre au travail ? Renseignez-vous auprès de votre entreprise sur les avantages que vous pouvez avoir en y allant à vélo (indemnité vélo) ou en pratiquant le covoiturage avec un ou plusieurs collègues (forfait mobilité durable jusqu’à 400 €). 

Moins de véhicules en circulation permettent d’améliorer la qualité de l’air, notamment lors des pics de pollution. 

Entretenez votre voiture pour limiter son empreinte au maximum

Si vous ne pouvez pas vous passer d’une voiture pour vous déplacer, vous pouvez limiter les émissions de gaz à effet de serre de celle-ci en passant au garage régulièrement.

Faire la vidange tous les ans ou après 10 000 kilomètres permet de limiter l’impact écologique de la voiture. N’oubliez pas de changer le filtre à huile à chaque vidange effectuée. Votre garagiste pourra en profiter pour vérifier le filtre à air et le changer si besoin.

Au quotidien, veillez à vérifier la pression de vos pneus une fois par mois. Des pneus sous-gonflés ou sur-gonflés peuvent entraîner une surconsommation de carburant. Adoptez une conduite souple et activez le mode éco-conduite de votre véhicule s’il le propose.

Dans la mesure du possible, n’utilisez pas trop la climatisation qui entraîne une plus grande consommation d’essence et évitez d’utiliser un coffre de toit.

Finalement, c’est facile de réduire les émissions de polluants atmosphériques et en plus c’est un moyen de faire des économies !

Limitez la consommation d’énergie chez vous

Réduire la pollution de l’air et le réchauffement climatique ne passe pas seulement par un changement d’habitudes dans vos déplacements. Chez vous aussi, vous pouvez faire la différence.

Si le trafic routier représente 32 % des émissions de gaz à effet de serre, le secteur résidentiel et tertiaire est responsable de 41 % de ces émissions (principalement à cause du chauffage) selon Airparif pour l’Île de France. Ces chiffres sont représentatifs de la pollution de la plupart des grandes villes françaises.

Vous pouvez agir en limitant votre consommation de chauffage l’hiver. Une température de 18° dans les chambres est préférable pour dormir et 19-20° suffisent dans les pièces à vivre.

Des gestes simples permettent aussi de réduire la consommation d’énergie :

  • Éteignez les appareils électriques lorsque vous ne vous en servez pas.
  • Limitez votre consommation d’eau en prenant une douche plutôt qu’un bain. Coupez l’eau lorsque vous vous savonnez et vous brossez les dents. Investissez dans une chasse d’eau économique.
  • Changez de fournisseur d’électricité et privilégiez l’énergie verte produite en France.

Pour aller plus loin et si vous êtes propriétaire, vous pouvez améliorer votre isolation en posant du double vitrage et en optant pour des énergies renouvelables (panneaux solaires, géothermie, aérothermie).

N’oubliez pas d’aérer votre logement, même si vous habitez en ville. L’air intérieur est souvent plus pollué que l’air extérieur à cause des produits toxiques et des solvants néfastes présents dans les peintures et les meubles.

Prenez soin de vos affaires pour les garder plus longtemps

Le saviez-vous ? La fabrication des appareils électroniques est plus énergivore que leur utilisation. 73 % des gaz à effet de serre produits par un appareil électronique sont émis lors de sa production (source : GreenIT).

Ajoutez à cela l’obsolescence programmée et l’envie de changer régulièrement d’appareils pour être à la pointe de la mode et de la technologie et imaginez la pollution causée par ces comportements…  

La solution ? Achetez moins (si possible d’occasion ou a minima reconditionné) et prenez soin de vos appareils électroniques. Protégez votre smartphone contre la casse avec une coque et un verre trempé pour l’écran. Procédez aux mises à jour de votre ordinateur et faites un tri régulier des fichiers pour le préserver. 

Les vêtements

L’industrie textile est la deuxième plus polluante après le pétrole (Nous avons écrit un article entièrement dédié à ce sujet). L’envie de changer régulièrement de vêtements, l’achat de produits de piètre qualité et la non valorisation des déchets textiles y sont pour beaucoup.

Ici, même principe que pour les appareils électroniques : moins d’achat (de vêtements de qualité et d’occasion) et plus d’entretien.

Lavez vos vêtements moins souvent (les jeans peuvent être portés une bonne dizaine de fois avant d’être mis en machine) et à seulement 30 ou 40°. Protégez-les contre les tâches et l’eau pour les conserver plus longtemps. Dites adieu au sèche-linge qui abîme les textiles et consomme beaucoup d’énergie.

Les chaussures

Faites de même avec vos chaussures : optez pour des pièces de qualité et achetez-en moins. Protégez-les contre les tâches et l’eau avec des produits adaptés et sains pour l’environnement. Faites réparer vos chaussures chez le cordonnier lorsqu’elles en ont besoin (semelles intérieures, talons…)

Réduisez votre production de déchets et changez vos habitudes alimentaires

Pour participer à votre échelle au développement durable et lutter contre la pollution, vous pouvez aussi réduire vos déchets et polluants organiques :

  • Utilisez des emballages réutilisables
  • Compostez vos aliments organiques (qui représentent plus de 30 % des déchets dans une poubelle)
  • Évitez le gaspillage alimentaire en achetant moins mais plus souvent
  • Ne jetez pas vos médicaments mais ramenez-les à la pharmacie où ils seront correctement recyclés
  • Choisissez des fruits et légumes bio non emballés : c’est meilleur pour la santé humaine (la vôtre mais aussi celle des producteurs) et cela limite la pollution des sols et de l’air
  • Mangez des produits locaux et de saison qui n’auront pas été transportés en avion ou en bateau
  • Limitez votre consommation de viande à deux ou trois fois par semaine (surtout de bœuf, la viande la plus polluante)
  • Amenez votre « gamelle » au bureau plutôt que d’aller acheter des plats tout prêts emballés.
réduire ses déchets article hydrop

Vous pouvez aussi lutter contre la pollution de l’eau à votre échelle !

La ressource en eau est précieuse ! Chez vous, il est possible de limiter l’utilisation de produits chimiques pour le ménage ce qui évitera de répandre ces produits dans la nature..

Les détergents peuvent tous être remplacés par des produits naturels non nocifs pour l’environnement : vinaigre blanc, savon noir liquide, bicarbonate de soude, savon de Marseille. Bannissez l’eau de Javel et les déboucheurs à la soude de votre routine ménage !

Dans la salle de bains aussi, la pollution de l’eau peut être limitée :

  • Utilisez un savon naturel plutôt qu’un gel douche, un shampooing bio ou solide plutôt qu’un shampooing de grande surface
  • Choisissez du dentifrice bio ou fait maison
  • Optez pour un gommage au marc de café ou au sucre.

Les produits de gommage et certains dentifrices contiennent des micro-billes de plastique qui partent avec les eaux usées et ne sont pas filtrées par les stations d’épuration. Ces micro-particules peuvent également provenir des vêtements en matière synthétique lorsque vous les lavez en machine. Privilégiez les vêtements en fibres naturelles et utilisez des sacs à vêtements.

Les activités humaines sont responsables de la majorité des pollutions et des émissions de gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, azote, soufre) de la planète. Pourtant, tout le monde peut réduire la pollution atmosphérique, de l’eau et des sols en adoptant des gestes simples au quotidien et en changeant quelques habitudes. C’est votre tour !

Retour haut de page